LIVRET A ET EUROS

Au regard de la faible inflation enregistrée en France, le livret A pourrait bien voir son taux de rémunération diminuer alors qu’il est déjà à un niveau historiquement bas.

Actuellement à 1,25%,  le taux du livret A pourrait bien encore baisser.

En effet, chaque année à la mi-janvier et à la mi-juillet, la Banque de France est chargée d’effectuer les calculs des taux de rémunération des livrets d’épargne réglementés. Le calcul repose sur des formules qui combinent des taux observés sur le marché monétaire , et l’augmentation des prix à la consommation hors tabac de l’ensemble des ménages.

A l’approche de la date butoir, la Banque de France révise donc son calcul avant de le soumettre pour validation à l’exécutif. Actuellement, si l’on se fie à l’inflation de 0,6% en avril, la Banque de France devrait proposer de passer d’une rémunération de 1,25% à 1% voire  même 0,75%.

Une telle baisse mécanique qui aurait déjà du voir le jour en janvier dernier , mais Pierre Moscovici, le ministre de l’économie de l’époque en avait alors décidé autrement maintenant le taux à 1,25% à la faveur du pouvoir d’achat des français. Reste à savoir si Michel Sapin, l’actuel patron de Bercy pourra renouveler l’exercice de maintenir le taux à 1,25%.

L’avenir du livret A  est sur toutes les lèvres: Michel sapin le ministre des finances  réunira en effet  dans quinze jours « un comité pour la place financière de Paris à l’horizon 2020″ avec les élus, les banques et les pouvoirs publics.

La reforme du livret A sera ainsi à l’ordre du jour. Après une première hausse du plafond du livret de 25% en octobre 2012 et un second relèvement de 25%  le 1er janvier 2013, la somme maximale qui peut être placée sur le livret est passée de 15300 euros à 22950 euros. Pour autant ce plafond pourrait ne pas atteindre les 30600 euros, comme l’avait promis François Hollande en 2012.